B2cloud_JPG_couleur500px.jpg
  • Expert

Les grandes tendances Marché et Usages du Cloud pour 2020

Consolidation des offres, boom des services à valeurs ajoutés, renforcement des réglementations relatives aux données : 2020 s’annonce comme l’année de modifications structurelles majeures, tant au niveau des offreurs que des utilisateurs

  • · Consolidation accélérée

38% des entreprises interrogées dans le cadre du Think Tank 451 Alliance ont pour objectif en 2020 de consolider leurs dépenses IT et Cloud en faveur d’un nombre restreint de fournisseurs. Ces entreprises sont conscientes du risque de verrouillage technologique et/ou contractuel -surtout dans le Cloud public et le SaaS- mais pour autant, cette consolidation se fera surtout dans un objectif de simplification des architectures managées et de réduction des coûts dans la formation et l’acquisition de compétences.



La consolidation du marché va aussi se poursuivre côté offreurs avec des acquisitions massives de startup du Cloud et de la data par les leaders du marché, telles que celles opérées par AWS (CloudEndure et TSA logic), ou par Google (Looker et plus récemment avec la prise de participation dans Daitaiku).


Reste que plus de 35% des entreprises interrogées sont inquiètes du potentiel rachat d’un fournisseur de confiance par un CSP leader sur le marché.

Une consolidation massive qui va déboucher sur une expansion des datacenters, mais aussi sur un risque accru de verrouillage technologique. Le seul moyen de combattre ce verrouillage sera de s’orienter vers une stratégie multi Cloud dont la réussite dépendra de la maturité organisationnelle de l'entreprise, et d’une meilleure gestion des risques -en interne-et via le recours à des solutions tiers, impliquant une augmentation des budgets liés à la sécurité et à la gouvernance des données.

  • · Le boom des (Vrais) services à valeur ajoutée

Parmi les applications et services les plus sollicitées par les entreprises, dans le cadre de la migration vers le Cloud public, l’optimisation coût/performance arrive en tête (70%). Mais avec une offre de benchmarking limitée aux principaux fournisseurs (AWS, Google, MS, Alibaba), on peut se demander quel est l’intérêt de payer des abonnements mensuels (SaaS) d’optimisation des coûts facturés jusqu'à 1450€/mois.

Les entreprises en sont largement conscientes et la majorité d’entre elles ne sont pas prête à payer des extra pour l’optimisation des coûts sur un faible périmètre d’offreurs, préférant une approche DIY -Do It Yourself- en formant les équipes en place ou en recrutant du personnel compétent.

Parmi les autres services à valeur ajoutée, on notera les services de détection et réduction de l’exposition aux risques (62% des attentes), pour lesquels les entreprises, sont prêtes à payer un abonnement premium auprès d’un CSP ou d’un tiers de confiance.

Viennent ensuite les services de supervision de la conformité: 43 % des entreprises voient en effet « l’évolution des exigences réglementaires en matière de confidentialité des données » comme une menace pour leur société.

L’année prochaine, ce cadre réglementaire renforcé devrait rendre la protection de ces données toujours plus complexe, et constituer un obstacle pour les entreprises présentes sur plusieurs marchés.

  • ·Dépense Cloud raisonnée et ROI difficilement mesurables

En moyenne, les entreprises consacrent environ 23% de leurs budgets IT au Cloud Computing (IaaS, PaaS, Cloud public) . Les plus grandes dépenses sont consacrées aux SaaS .


Le calcul du ROI Cloud Computing est très difficile a réaliser car impliquant de nombreuses variables et inconnues, notamment aux niveaux des coûts cachés et /ou non planifiés . 64% des entreprises interrogées ne sont ainsi pas capables d’associer de vrais bénéfices chiffrés et quantitatifs liés à l’usage des services Cloud, en dehors de la réduction des coûts opérationnels (licences vs abonnements). Les vrais bénéfices des usages du Cloud sont en fait purement qualitatifs, par exemple, accélération de la mise sur le marché de nouveaux produits; amélioration de la productivité des collaborateurs. Côté indicateurs financiers, l’augmentation du CA n’est perçu qu’à 12%, 9% pour l‘augmentation du cash (net cash), 8% liée à l’augmentation de la marge brute, 4% associé à la réduction de la dette. Le Cloud semble avoir un impact plus important sur l’Opex que le Capex. Avant d'investir dans dans des solutions d’optimisations Cloud onéreuses, Il est donc conseiller d’effectuer un calcul de rentabilité, au regard du périmètre d'analyse concerné